30 avril 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : H

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
Blason HABITEYHABITEY. Rémy Habitey était cogouverneur de Besançon en 1598. Armes : d'or, à la fasce de gueules.

HACQUENE. De cette ancienne famille de Besançon, qui se retira à Cologne, était issu Nicolas Hacquené, maître d'hôtel de l'empereur Charles-Quint. Armes : d'azur, à un cheval ou une haquenée d'argent.

HARAUCOURT. Une branche de cette ancienne maison, originaire de Lorraine, s'est fixée en Franche-Comté, où elle a possédé les seigneuries de Frasnois et de Chauvirey. Elle a été reçue six fois à Saint-George et s'est éteinte au XVIIe siècle par le mariage de Marguerite d'Haraucourt avec Claude de Faulquier. Alliances : de Ray, de Chauffour, de Scey, de Chauvirey, etc. Armes : d'or, à la croix de gueules, au franc quartier dextre chargé d'un lion de sable.

HAUTOIS. La maison du Hautois, originaire de Lorraine, a possédé des seigneuries et contracté des alliances en Franche-Comté avec celles de Remilly, la Rochelle, Thon, Plaine, Granvelle, etc. Armes : d'argent, au lion de gueules armé, lampassé et couronné d'or, la queue fourchée, passée en sautoir.

HAYE (LA). Julien de la Haye, seigneur de Tresilley, chevalier de Saint-George en 1502, était écuyer de l'archiduc Charles d'Autriche. Sa descendance est éteinte. Armes : fasce engrêlée d'argent et d'azur, de six pièces.

HEMERY. Cette maison était fixée au siècle dernier dans le bailliage d'Aval, où le marquis d'Hemery fut convoqué, en 1789, aux assemblées de la noblesse. Armes : d'or, à trois chouettes de sable, membrées et becquées de gueules, et à un annelet de sable en abîme.

HENRION. Famille anoblie par le roi Louis XIV, le 6 août 1706, qui a possédé la seigneurie de Magnoncourt et qu'on trouve alliée aux Cordemoy, etc. Armes : de gueules, à un cuissard botté et éperonné d'or.

HENRY. Hugues Henry, jurisconsulte célèbre, petit-fils d'autre Hugues Henry, secrétaire d'État en la cité de Besançon, fut anobli en 1613. Son fils, Pierre, refusa la confirmation de cet anoblissement. Alliances : Bichin, Dauxon, Mareschal, Richard, etc. Armes : d'or, à une montagne à trois coupeaux de sinople, surmontée de deux branches d'olivier du même passées en sautoir. On trouve aussi d'or, au lion de sinople et au chef d'or, chargé de deux rameaux de sinople mis en sautoir.

HERMANT. Famille éteinte des environs de Saint-Amour. Elle passait pour noble. Armes : de gueules, au lion d'argent sommé de deux étoiles d'or.

HIEVRE. Ancienne noblesse éteinte au XIVe siècle dans Catherine d'Hièvre, dame de Chaleseules, mariée à Philippe de Scey.

Blason HORLOGEHORLOGE. Cette famille avait pour armes : d'azur, à la fasce d'or.

HOUX (LE). Les armoiries de cette famille sont d'azur, à trois bandes d'argent, et à trois losanges d'or, intercalées en barre.

HUGON. Jean Hugon, qui servait avec Philippe de Vienne en 1400, était originaire de Fontaine-Française. Sa postérité se fixa à Gray et fut anoblie en 1530 par Charles-Quint. Elle a fourni sept conseillers au parlement, des lieutenants généraux de bailliage, des maires de Gray et a possédé les seigneuries de Poyant, de Leuley, etc. Alliances : Boutechoux, Morelot, Vauchard, Noirot, Petitot, Sanderet, de Poligny, Lhuillier, Balahu, Arvisenet, Tricornot, etc. Avant l'anoblissement elle avait pour armes : d'azur, à trois gonds d'argent. Depuis l'anoblissement de gueules, à une bande ondée d'or, accompagnée de deux aiglettes d'argent.

HUGUENET Cette famille, dont le nom apparaît dès 1614 dans un de ses membres convoqué alors au ban et arrière-ban, avait de nombreux représentants à la fin du siècle dernier, ainsi qu'on peut le voir dans les listes des assemblées de la noblesse en 1789.

HUOT. (Voyez plus haut, page 172).

29 avril 2007

Salon national de généalogie à Tours

Mise à jour du 20 mai : voir les vidéos du blog Geneanet.
A TOURS (37) un Salon et Congrès National de la Généalogie les 18, 19 et 20 Mai 2007, de nombreux exposants, 171 stands, un millier de congressistes, cercles, associations, archives et professionels, présentant la Généalogie mais aussi Histoire, Héraldique, Sigillographie, etc.. organisé par le CGDT.

Une manifestation exceptionnelle à ne pas manquer !

Renseignements auprès de : cgdt37@wanadoo.fr

site : http://www.tourainegenealogie.org

Exposant N° 126 niveau 1, stand commun Paléographie / Filiatus.
Paléographie un ouvrage pour s'initier à la lecture de documents anciens. http://rdetarragon.chez-alice.fr/

Filiatus un logiciel pour écrire et éditer sa généalogie familiale.
http://www.filiatus.com/

Roland de Tarragon

Blasons du nobiliaire de Savoie

J'ai regroupé dans cet album Picasa tous les blasons que j'avais dessinés pour le nobiliaire de Savoie ces derniers mois. Ils sont également tous accessibles avec leur description sur HeraldiqueGenWeb.

28 avril 2007

Mariage de Jean Bernard et Jeanne Léau

Le 7 janvier 1696 à Marseille Saint-Martin, mariage de Jean Bernard, fils de Jean et de feue Marie Germon et Jeanne Léau, fille de Jean et Isabeau Roman de la ville de Forcalquier.



Mariage de Jean Bernard, fils de Jean et Magdeleine Coulet et Marie Germon, fille de Jacques et Jeanne Gautier le 8 janvier 1654 à Vauvenargues.

25 avril 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : GU et GY

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
GUÉRILLOT. La noblesse le cette famille remonte au siècle dernier. Elle a été admise en 1789 aux assemblées de la noblesse des bailliages de Poligny et de Salins. Elle possédait les fiefs de Saint-Cyr, la Chaud, etc.

GUIBOURG. Antoine Guibourg, d'une famille de magistrature, de Lons-le-Saulnier, établie à Besançon, fut anobli en 1629. Armes : d'azur, à une fasce accompagnée de deux coquilles en chef et d'un soleil à douze rayons et à face humaine en pointe ; le tout d'or.

GUIENEL. Adrien Guienel fut rétabli en la noblesse de ses ancêtres par le duc de Parme en 1580.

GUIERCHE (la). La maison de la Guierche s'est éteinte dans la maison de Baujeu-Montot au XVIIe siècle. Alliances : Falletans, Scey, Groson, Andelot, Colombier, la Tour-Saint-Quentin, Grammont, etc. Armes : de gueules, à la fasce d'argent, accompagnée de trois cygnes nageant d'argent.

Blason GUIGNEGUIGNE. Famille du bailliage de Poligny ; elle possédait le fief de Maisot et fut convoquée aux assemblées électorale de la noblesse en 1789. Armes : d'argent, à trois maillets de gueules.

GUIGNET. De cette famille éteinte sont issus un châtelain de Moustier, un recteur de l'université de Franche-Comté. Elle s'est alliée aux de Poutier, de Saint-Mauris, Perrette, etc.

GUILLAUME. Jean Guillaume ; originaire de Poligny, contrôleur de la glande saulnerie à Salins, reçut des lettres de noblesse du roi d'Espagne le 23 avril 1598. Sa descendance s'est éteinte dans celle d'Udressier, à la fin du XVIIe siècle. Armes : tranché d'or et de gueules, à deux de l'un en l'autre.

GUILLAUME. Famille parlementaire de Dôle, dont se trouva Guillaume, sieur de Perrigney et de Peragamiens, mousquetaire, convoqué en la chambre de la noblesse de Besançon en 1789. Armes : d'azur, à trois quilles d'or.

GUILLEGARD Les seigneuries de Prantigny et d'Essertenne appartenaient au siècle dernier, à cette famille. Alliances : Gérard de Queutrey et Richard de Prantigny.

GUILLEMIN. Ancienne famille de Baume, qui a donné un conseiller du duc de Bourgogne en 1432. Une branche, qui possédait la seigneurie de Montilly, a relevé le nom de Bracon. Alliances : de Plaine, de Poutier, de Bracon, de Chassagne, de Sagey, Marchant.

GUILLET. Jean Guillet, conseiller au parlement de Dôle, écuyer, seigneur de Montbis, était de Clerval-sur-le-Doubs. Sa postérité est éteinte. Armes : d'azur, à trois quilles dressées d'or, à une couronne à trois fleurons du même posée entre les deux du chef.

GUILLOT. Il y a eu deux familles de ce nom : celle des seigneurs de Montmirey et de Chenecey, alliée aux maisons d'Arguel, d'Andelot, de Gevigney, de Dombasle, de Vautravers ; avait pour armes : d'argent, à la bande de sable côtoyée de deux bâtons du même. L'autre, issue de Pierre Guillot, professeur de médecine, anobli le 12 novembre 1667, avait reçu pour armoiries : d'azur, au chevron d'or, accompagné en chef de deux roses et en pointe d'une étoile du même, soutenue d'un croissant montant d'argent.

GUYOT. Un général de ce nom, né à Villevieux, fut créé baron du premier empire. Armes : de sinople, au cheval galopant d'argent, la tête élevée ; quartier de baron militaire.

GUYOT DE MAICHE. Famille qui posséda le gouvernement héréditaire du château de Maiche depuis 1460 et qui a été reçue cinq fois à Saint-George, de 1725 à 1764. Ferdinand François Guyot, baron de Malseigne, et son frère François Joseph étaient chambellans de l'empereur Charles VII. La branche des Guyot de Maiche était qualifiée, au siècle dernier, de marquis de Guyot, barons de Maiche. Alliances : de Charny, de Bouttechoux, Cointet, Lallernand, Grivel, Bichin, Santa-Coa, Grammont, etc. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné de deux roses en chef et d'une étoile du même en pointe.

GUYOT DE VERCIA. Famille d'Ornans, dont un recteur de l'université en 1566. La noblesse de cette famille a été reconnue par arrêt de la cour des aides de Paris en 1763. Alliances : Bannelier, Couthenet, Roussel. Charles-Louis-Joseph Guyot de Vercia était garde du corps en 1815.

GUYOTEL. Famille convoquée en 1789 aux assemblées de la noblesse du bailliage d'Amont.

Blason GYGY. A cette ancienne noblesse chevaleresque éteinte dans Pierre de Gy, contrôleur inspecteur des bans et arrière-bans de la province en 1478, appartenaient Renaud et Jean de Gy, héritiers, en 1336, d'Aymé de Veset. Armes : d'azur, à la croix d'or.

Nobiliaire de Franche-Comté : GR

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
Blason GRACHAUXGRACHAUX. Les seigneurs de Grachaux ont été considérés comme cadets de la maison de Cicon, dont ils portaient les armes. Ils ont été reçus quatre fois à Saint-George, de 1542 à 1654, et au XVe siècle Guillaume de Grachaux était écuyer du duc de Bourgogne. Alliances : de Grammont, Iselin, Seroz, Quingey, Baujeu, Toulongeon, Balay, etc. Armes : d'or, à la fasce de sable.

GRAMMONT. Ancienne maison qui remonte à un puiné des sires de Granges au XIIIe siècle. Elle compte parmi ses illustrations plusieurs généraux, deux archevêques de Besançon en 1662 et 1735, un évêque d'Aréthuse en 1717, deux évêques de Philadelphie, etc. Elle a été admise quarante-cinq fois à Saint-George et reçue dans tous les chapitres nobles de la province. Titres : lettres de chevalerie en 1618; baronnie de Châtillon en 1626 ; comté de Grammont en 1656 pour Claude François, chevalier d'honneur au parlement; marquisat de Grammont en 1718 pour Michel Dorothée de Grammont Granges, lieutenant général. Alliances : de Veset, de Ray, de la Roche, de Saint-Mauris, de Laubespin, de Damas, de la Palud, de Poitiers, de Champagne, de Montrichard, d'Iselin, etc. Armes : d'azur, à trois bustes de carnation, couronnés à l'antique. Souvent elle écartèle de gueules, au sautoir d'or, qui est de GRANGES. Devise DIEU AYDE AU GARDIEN DES ROYS. (Allusion à la garde de l'abbaye des Trois-Rois.)

GRAND (le). Famille d'Arbois, dont étaient Guillaume, écuyer, seigneur de Charchillat en 1449, et son frère Jean prieur de Seroz. Alliance : d'Arlay, Lardepet, de Chaffoy, Grenier, etc. Armes : de gueules, à la fasce de vair.

GRANDJEAN. Charles Grandjean, seigneur de Romain, fut envoyé à la cour de France à l'occasion du mariage de Philippe II d'Espagne avec Isabelle de Valois. Cette famille éteinte a donné deux conseillers au parlement en 1576 et 1580. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois têtes de cerf affrontées.

Blason GRANGESGRANGES. L'ancienne baronnie de Granges, composée de trente-trois villages, appartenait à des seigneurs qui s'éteignirent au XIIIe siècle dans la maison de Montfaucon, à l'exception de la branche cadette du nom de Grammont. (Voyez plus haut.) Armes : de gueules, au sautoir d'or.

GRANSON. De cette maison, originaire de Granson, en Suisse, et éteinte dans celle de Vienne, était Jean de Granson, chevalier, sire de Pesme, mis à mort comme fauteur de troubles au comté de Bourogne. Alliances : Pesmes, Montfaucon, Vergy, Salins-Poupet, Pontaillié. Armes : pallé d'argent et d'azur de six pièces à la bande de gueules, chargée de trois coquilles d'or.

GRANT. Jean Grant, anobli en 1503, était l'auteur de cette famille éteinte dans celle d'Esternoz. Armes : de gueules, au chevron de sable, chargé de quatre tourteaux d'argent et surmonté d'un tourteau du même en chef.

GRANVAL ou GRANVAUX. Ancienne maison originaire des environs de Saint-Claude, et qui s'établit en Savoie, où elle s'éteignit.

GRANVILLARS. Famille éteinte, originaire de Ferrette et établie en Franche-Comté. Thiébaud de Granvillars était chevalier de Saint-George en 1500. Armes : d'azur, à trois écussons d'argent.

GRATTEDOZ. Les armes de cette maison éteinte sont le mêmes que celles de Chauvirey et de Mandres.

GRAY. Il a existé autrefois une maison qui possédait la ville de Gray, formant alors un comté. Garnier, comte de Gray, se croisa et partit pour la terre sainte en 1096. Armes : de sable, au chef d'argent.

GREGOIRE. Jacques Grégoire a reçu des lettres de noblesse en 1531. Sa descendance a possédé les fiefs de Villeferroux, Dampvallée et Borrey. Autre Jacques Grégoire, de Vesoul, était recteur de l'Université du comté en 1571. Armes : d'azur, à la bande d'or, accompagné de six croisettes recroisetées, au pied fiché d'argent, posées en orle; au chef d'or chargé d'une aigle de sable.

GREGUET. Cette famille, admise à la fin du siècle dernier dans les assemblées de la noblesse du bailliage de Dole, possédait les seigneuries de Champagnon et de Saint-Loup.

GRENIER. Jean Grenier, notaire à Besançon en 1336, est le premier auteur de cette famille éteinte, qui a donné un cogouverneur en 1417 et un échanson de l'archevêché de Besançon en 1435 dans Henri Grenier, écuyer. Armes : écartelé, aux 1 et 4 d'argent, à trois chapeaux de sable à l'antique ; aux 2 et 3 de gueules, à une balance d'or.

GRIGNET. Cette famille a possédé les seigneuries d'Eugny et de Saint-Loup. Alliances : Broda d'Hotelans, Marion, Hugon, Fauvelet de Carbonnières, etc.

GRISSELLES. Cette famille a possédé le fief d'Augerans, dont elle a pris son surnom. Armes : d'azur, à trois tours d'or.

GRIVEL. Son premier auteur connu est Perrenin Grivel, écuyer, capitaine du château de Montmorot, en 1343, dont la descendance a fourni un conseiller au parlement de Dole en 1654 et un maréchal des camps et armées du roi en 1784 dans Claude Joseph de Grivel de Perrigny, comte de Grivel. Elle a été admise dans les chapitres nobles et quatre fois à Saint-George. Elle avait reçu des lettres de chevalerie en 1640. Alliances : Fabrer, Tricornot, Malpas, Jacquot d'Andelarre, Chifflet, Segur, Chapuis, Marquis. Armes : de gueules, au chevron accompagné en chef de deux étoiles et, en pointe, d'un croissant surmonté de trois fuseaux d'or. Un branche, dite de Bart, ayant dérogé, fut réhabilitée en 1659. Ses armes fuient changées et sont depuis : d'azur, à trois taus ou potences d'or.

GROS. A cette famille, de Vesoul, éteinte, appartenaient Catalan Gros, qui servit sous Charles-Quint, et noble Claude Gros, jurisconsulte distingué. Alliances : Salives, Courtaillon, Carementrant, Mercier, Mesmay, Jannot, etc. Armes : d'azur, à la fasce d'argent, accompagnée de trois sautoirs raccourcis du même.

GROSJEAN. Originaire de Faucogney, la famille de ce nom a pour premier auteur connu Antoine Grosjean, écuyer, qui vivait en 1515. Alliances : Masson, Perdriset, Salivet, Lemercier, de Macon, Duc, Baulot, d'Aval, d'Hennezel, de Baynard, Terrier, Clerc, de Cramans, etc. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné en chef à dextre d'un croissant d'or, à senestre d'une quintefeuille du même, et en pointe d'une croisette de gueules.

GROSON. Ancienne noblesse éteinte au XVe siècle. Elle avait donné, en 1337, un gruyer du comté de Bourgogne dans Perrenot de Groson. Alliances : Vaudrey, la Tour-Saint-Quentin, Chativirey, Scey, Oyselet, la Guerche, etc. Armes : d'azur, émanché d'or de deux pièces.

GROSPAIN. Gollut cite, Estienne de Grospain, écuyer, capitaine de chevau-légers, qui aida à désarmer François Ier à Pavie. Sa famille était originaire d'Ornans. Othenin Grospain, écuyer, seigneur de Palantine, fut nommé exécuteur testamentaire de Catherine d'Épenoy en 1513. Alliances : le Sorbier, d'Achey, de Saint-Mauris, d'Aigremont, de Granvelle, d'Orsans, de Poligny, de Malarmey, de Falletans. Armes : d'azur, à la fasce d'or, accompagnée de trois besants du même. Devise : FAUTE D'AUTRE, GROS PAIN.

GRUSSET. Famille de Champlitte, qui prit le surnom de Richardot par suite de l'alliance de Jacques Grusset avec Marguerite Richardot de Moret. Jean Grusset, leur petit-fils, devint président du conseil privé des Pays-Bas, obtint des lettres de noblesse pour son frère et de chevalerie pour lui avant 1610. Son fils aîné, Jean Grusset., dit Richardot, fut archevêque de Cambrai en 1609, et Guillaume, son autre fils, fut titré de comte de Gameraye en 1623. Sa postérité se fixa définitivement en Flandre. Armes : d'argent, à une écrevisse de gueules. On trouve Armes : d'azur, à deux palmes d'or, passées en sautoir et accompagnées de quatre étoiles du même.

GRUYERE. Guillaume de Gruyère prit part à la première croisade en 1096. Sa descendance, qui s'est alliée aux maisons de Very, de Salins, et qui s'est éteinte dans celle d'Orchamps de Besançon, n'était pas d'origine comtoise. Son nom s'écrit aussi Gruère : Armes : de gueules, à une grue d'argent becquetant son pied.

23 avril 2007

La famille de Villages

VillagesSource : Dictionnaire de la noblesse de La Chenaye-Desbois, tome 19, page 753.

Chronique de la descendance de Jean DE VILLAGES

Première génération

1. Jean DE VILLAGES est décédé en 1477. Conseiller et maître d'hôtel de René d'Ajou puis chambellan du duc de Calabre, son fils. Jean a épousé (1) Perrette COEUR, nièce de Jacques Coeur. Jean et Perrette ont eu les enfants suivants:
2 M i. Etienne DE VILLAGES, dont on ignore la destinée.
Jean a également épousé (2) Jeanne DE PASSY. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 3 M ii. Pierre DE VILLAGES.
Deuxième génération

3. Pierre DE VILLAGES (Jean), baron de Fontarèches, premier consul de Marseille. Pierre a épousé Madeleine BOUCHER en 1488. Ils ont eu les enfants suivants:
4 M i. Antoine DE VILLAGES, baron de Fontarèches, auteur de la branche de Bernis établie en Languedoc.

+ 5 M ii. Michel DE VILLAGES.

6 M iii. Tannegui DE VILLAGES.
Troisième génération

5. Michel DE VILLAGES (Pierre, Jean). Michel a épousé Madeleine DE PONTEVÈS. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 7 M i. Michel DE VILLAGES II.
Quatrième génération

7. Michel DE VILLAGES II (Michel, Pierre, Jean), premier consul de Marseille. Michel a épousé Catherine DE SÉRIASO. Ils ont eu les enfants suivants:
8 M i. Jean Baptiste DE VILLAGES, premier consul de Marseille.

+ 9 M ii. César DE VILLAGES.
Cinquième génération

9. César DE VILLAGES (Michel, Michel, Pierre, Jean), premier consul de Marseille. César a épousé Madeleine DE COVET en 1584. Ils ont eu les enfants suivants:
10 M i. Michel DE VILLAGES.

+ 11 M ii. Gaspard DE VILLAGES.

12 M iii. Jean Baptiste DE VILLAGES.

13 M iv. Battiston DE VILLAGES.

14 M v. Charles DE VILLAGES.

15 M vi. Marc Antoine DE VILLAGES.

16 M vii. Louis DE VILLAGES.

17 M viii. Thomas DE VILLAGES.

18 M ix. Nicolas DE VILLAGES.
Sixième génération

11. Gaspard DE VILLAGES (César, Michel, Michel, Pierre, Jean), seigneur de la Salle, premier consul de Marseille. Gaspard a épousé Léonor DE VILLENEUVE. Ils ont eu les enfants suivants:
+ 19 M i. Jean Baptiste DE VILLAGES est né en avril 1628, et est décédé le 21 mars 1728.
Septième génération

19. Jean Baptiste DE VILLAGES (Gaspard, César, Michel, Michel, Pierre, Jean) est né en avril 1628. Il est décédé le 21 mars 1728 à Marseille, Bouches-du-Rhône, France. Marquis de la Salle. Jean a épousé Aimare DE VALBELLE-MONTFURON le 20 octobre 1647. Jean et Aimare ont eu les enfants suivants:
+ 20 M i. N DE VILLAGES.

21 M ii. Léon DE VILLAGES, abbé de la Salle.
Huitième génération

20. N DE VILLAGES (Jean Baptiste, Gaspard, César, Michel, Michel, Pierre, Jean). N DE VILLAGES a épousé N DE THÉZAN-VÉNASQUE. Ils ont eu les enfants suivants:
22 M i. Jean Baptiste DE VILLAGES II. Jean a épousé Elisabeth DE FORTIA en 1728.
Liens externes :

22 avril 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : GO

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
GOLLUT. Louis Gollut, avocat au parlement, professeur à l'université de Dole, vicomte mayeur de cette ville en 1592, était originaire de Pesmes. Il a laissé plusieurs ouvrages, et entre autres des Mémoires historiques sur la Franche-Comté, qui, malgré les erreurs qui s'y rencontrent, sont un précieux document. Son fils et son petit-fils furent conseillers au parlement de Dole. Sa descendance est éteinte.
Armes : d'argent, au pélican avec sa piété de sable.

GONSANS. Ancienne noblesse éteinte, dont la terre de ce nom a passé à la maison de Jouffroy.
Armes : d'or à la bande de gueules, chargée de trois quintefeuilles d'argent.

GORREVOD. (Voyez plus haut, p. 170.)
D'azur au chevron d'or.
Dessin de Rodolphe.

GOUHENANS. A cette famille éteinte appartenaient : Hugues de Gouhenans, dont le fils épousa Guillemette de Rupt en 1318 ; Jean de Gouhenans, chanoine de Besançon en 1349 ; Jacquette de Gouhenans, veuve de Jean d'Abbans en 1377.
Armes : d'azur, à neuf losanges d'argent.

Blason GOUXGOUX. La maison de Goux s'est illustrée par Pierre de Goux, qui devint chancelier du duc de Bourgogne. Il mourut en 1470. Guillaume était échanson du duc Philippe de Bourgogne. René de Clermont a hérité d'une partie des biens de la maison de Goux.
Armes : de sable, au lion d'or, armé et lampassé de gueule.
Devise : SANS DEFAILLOIR !

Nobiliaire de Franche-Comté : GL

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
GLANNE. Marguerite d'Autriche anoblit en 1516 Hugues Glanne, conseiller et procureur général du bailliage d'Aval. Charles Gabriel obtint, en 1746, l'érection en baronnie de la terre de Villersfarlay, et l'autorisation de faire précéder son nom de la particule de. Sa famille s'éteignit à la génération suivante. Alliances : Jacquard, Bergeret, Gillaboz, Alviset de Maizières, etc. Armes : d'azur, à un chevron d'or, accompagné de trois glanes de blé du même.

GLANS. Nicolas de Glans, vivant à Saint-Amour en 1595, est la tige connue de cette famille, qui a donné des officiers de mérite. Alliances : Colombet, Moyria, Prat de Lamartine, etc. Armes : de gueules, à trois flèches d'argent; au chef cousu d'azur, chargé de trois glands d'or.

Blason GLÈRESGLÈRES. Cette maison de Besançon s'est éteinte dans celle de Belvoir. Guy de Glères, mort en 1312, était un des bienfaiteurs de l'hôpital du Saint-Esprit. Armes : de sable, à une coquille d'argent.

Nobiliaire de Franche-Comté : GI

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
GILBERT ou GILLEBERT. Jean et Pierre Gilbert ou Gillebert, de Baume, reçurent des lettres de noblesse en 1605. Cette famille a fourni des conseillers et un Président au présidial de Besançon et possédé le fief de Thurey. Alliances : Lampinet, Tinseau, Sarragoz, Vuillin, etc. Armes : de gueules, à deux jumelles d'or et à une étoile d'or en chef.

GILLABOZ. Cette famille a été anoblie par Charles-Quint en 1549 et confirmée en sa noblesse en 1620. Elle était alors établie à Arbois, ville à laquelle elle a donné des maires au XVIIe siècle, et possédait les seigneuries de Ban, de Sourbics, etc. Alliances : Doroz, de Glanne, d'Agay, Pecault, Majault, etc. Armes : d'azur, à trois pigeons d'argent, becqués et membrés de gueules. Devise : REBUM PRUDENTIA VICTRIX.

GILLEY. Malgré son ancienneté, peut-être par dérogeance, la maison de Gilley eut recours à des lettres de noblesse en 1494, qui furent confirmées en 1501. Jean de Gilley obtint des lettres de chevalerie en 1605. Benoît de Gilley était du conseil de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne; Nicolas de Gilley, ambassadeur de Charles-Quint en Savoie ; enfin Jean, étant gentilhomme de Philippe II, obtint, vers 1557, l'érection en baronnie de la terre de Franquemont. Cette maison s'est éteinte au XVIIe sicle. Alliances : Marnix, Vaudrey, Faletans, d'Aubonne, etc. Armes : d'argent, à un chêne de sinople.

GINOTTET. Famille du bailliage de Besançon, qui possédait le fief de Battenant et qui fut convoquée aux assemblées de la noblesse, 1789.

GIRARDOT. Famille qui possédait un fief à Noseroy, et dont un rejeton à écrit une histoire de dix ans de la Franche-Comté (1632-1642.)

GIROD. Marc Girod, grand juge à Saint-Claude en 1604, est l'auteur connu de cette famille, qui a possédé les seigneuries de Miserey, de Reine, de la Chapelle, de Chantrans et de Novillars. Alliances : Tourbier de Beaumarché, Gay de Marnoz. Armes : de gueules à trois oeillets d'or.

Nobiliaire de Franche-Comté : GE

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
GENEVOIX. La noblesse de cette famille, qui tenait des fiefs de Moyroi et de Chalain, n'est pas bien assurée. Armes : d'azur, à la fasce diaprée d'or et de sable.

Blason GENEVREYGENEVREY. Anoblie en 1531 et alliée aux Chifflet, cette famille possédait une seigneurie, de son nom qui a passé à la maison de Montureux. Armes : burelé d'or et de gueules de dix pièces.

GENOZ. La terre de Genoz, de l'ancien bailliage d'orgelet, a donné son nom à une famille qui s'éteignit en Bresse. Armes : d'azur, au chevron componné d'argent et de gueules, accompagné de trois têtes de léopards d'or, bouclées de sable.

GÉRARD. Il y a deux familles, de ce nom ; l'une de Queutrey-lez-Gray, fut anoblie en 1619 dans Nicolas et Gabriel Gérard. Armes : de gueules, à un lévrier d'argent, accolé de sable, cloué, bordé et bouclé d'or; au chef de même chargé de trois molettes de sable. L'autre remonté à Jacques Gérard de Vuillafans, qui reçut des lettres de noblesse en 1589 pour s'être chargé de l'assassinat de Guillaume de Nassau, duc d'orange. Armes : taillé d'argent et de gueules, à un lion de l'un en l'autre lampassé de gueules et armé d'azur, tenant de la droite un foudre du même.

GERMIGNEY. Jean de Germigney vivait en 1390 ; sa postérité parait s'être éteinte au XVIe siècle, après avoir possédé les seigneuries de Chargey, de Chamblay, et s'être alliée aux de Chamblay, d'Avanne, de Grussy, etc. La famille Coquelin ayant prouvé sa descendance directe des Germigney, obtint, en 1633, par patentes du roi d'Espagne, l'autorisation de quitter son nom pour reprendre celui de Germigney. Armes : d'argent, émanché de trois pièces de sable.

GESIER. Cette famille éteinte avait pour armes : de sable, à la fasce d'argent.

GEVIGNEY. Ancienne noblesse, éteinte au XIVe siècle dans celle de Pointes, qui en à relevé le nom et les armes. Messire Guillaume de Gevigney, seigneur de Genevreuille, était chevalier de Saint-Georges sous Philibert de Molans, le fondateur de l'ordre en 1400. Armes : burelé d'or et de gueules de six pièces.

19 avril 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : GA

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
Blason GABRIELGABRIEL. Famille du bailliage d'Amont. Alliances : Estienne, Drouaillet. Armes : de sable, à trois têtes de léopard d'or.

GAGNEFIN. Famille éteinte de Salins. Alliances : d'Udressier, Perrey, etc. Armes : de sinople, à cinq losanges d'or en bande, accompagnés en chef d'une étoile d'argent.

GAGNON. Famille de Marnay, anoblie par le roi d'Espagne Philippe II, dans la personne de Claude Gagnon, le 19 août 1576. Armes : d'azur, à une colombe d'or, tenant à son bec un rameau d'olivier de sinople et soutenue d'un croissant d'argent.

GAILLARD. Il existait trois familles de ce nom en Franche Comté : l'une, originaire de Saint-Amour, possédait la seigneurie de Beaulieu et avait pour armes : d'azur, à un agneau pascal d'argent passant sur une terrasse de sinople. L'autre portait de sable, à trois besans d'or, et au chef d'argent. Philibert Gaillard, secrétaire du roi en 1747, possédait les seigneuries d'Ananches et de la Vernée, qui ont servi de surnom à ses deux branches. Armes : d'azur, au mouton d'argent, sur un roc du même, et tenant de la dextre une houlette aussi d'argent.

GAILLARDET. Cette famille, alliée à celle de Cordemoy, remontait à Jean Gaillardet, lieutenant général du bailliage d'Amont.

GALAFFIN. Cette famille éteinte, d'ancienne noblesse des environs de Poligny, est connue depuis Guillaume Galaffin ; chevalier, témoin, en 1210, d'une transaction de l'abbé de Balerne. Armes : échiqueté d'argent et d'azur.

GALLARD. Armes : de gueules, à la bande d'argent, accompagnée de deux serpents tortillés d'or.

GALLIOT. Antoine Galliot, fils d'un tanneur de Besançon, devint premier président du parlement de Dole, en 1600. Son fils, le chevalier Galliot, mourut sans postérité, avocat général. Alliances : Bassand, de Chassey Charreton, Bouhelier, d'Audelange. Armes : d'or, à un galliot ou vaisseau d'argent.

GALLOIS. La famille de ce nom originaire de Poligny, avait pour Armes : d'azur, à la bande d'or, accompagnée en chef et en pointe de deux branches d'olivier posées en sautoir.

GALVALET. Lazare Galvalet, archer de corps en Espagne, reçut des lettres de noblesse en 1628. Armes : de gueules, à un demi-bras armé de son manipule d'or, tenant une épée du même.

GANCE. Famille noble résidant au château de Belvaux (Haute-Saône).

GARINET. Cette famille, originaire de Besançon, à été anoblie par Charles-Quint. Armes : de sinople, au chef cousu de gueules, chargé d'un cygne d'argent accolé d'une couronne d'or

GARNIER. La souche de cette famille, qui a donné deux conseillers au parlement, en 1586 et 1639, un lieutenant général du bailliage de Dole et plusieurs chevaliers de Malte, s'est divisée en deux branches, dont l'aînée existe encore à Dole et à Gray, et a été maintenue dans le droit de porter le nom de de Falletans par arrêt de la Cour de Besançon du 20 juillet 1844. (Voyez l'Annuaire de 1847; page 309.) La branche cadette possédait naguère encore le fief de Germigney, relevant du château de Gy, dont l'archevêque de Besançon était seigneur dominant. Armes : d'azur, à l'agneau pascal d'argent, la bannière chargée d'une croix de gueules. Devise : SIC CLAM ET PALAM. Des branches cadettes ont porté et portent encore : d'azur, à trois épis d'or, issant d'une terrasse de sinople et sommés d'un croissant d'or.

Blason GASTELGASTEL. La famille de Gastel est noble et ancienne ; elle a figuré au banc de la noblesse dans les états de la province, en 1564, 1585, 1606, et possédait la seigneurie de Raincourt. Armes : d'argent, à trois chevrons de sable.

GAUDOT. Claude Gaudot, cogouverneur de Besançon, obtint des lettres de noblesse en 1624. Alliances : Guyôt de Maiche, etc. Armes : de gueules, à un chevron d'or, chargé de deux aigles éployées de sable, accompagné de trois lionceaux d'or, les deux du chef affrontés.

GAUTHIER. Jean-Joseph Gauthier, né à Septmoncel, fut général et baron de l'Empire. Armes : coupé ; le 1er d'azur, à trois croissants d'argent, posés en bande, et de gueules au signe de baron tiré de l'armée ; le 2e de gueules, aux sept pointes de rochers d'argent, posées trois et quatre, la supérieure sommée d'un épervier posé du même.

GAUTIOT. Originaire de Gray, cette famille était connue dès l'an 1421. Simon Gautiot, seigneur d'Ancier, Vaire, et cogouverneur de Besançon en 1515, devint chancelier du connétable de Bourbon. Antoine Gautiot d'Ancier légua tous ses biens aux jésuites de Besançon en 1629. Alliances : du Vernois, de Montaigu, la Tour-Saint-Quentin, etc. Armes : d'azur, à une aigle essorant d'argent, armé et couronné d'or.

GAUVAIN. Le duc de Bourgogne, Jean Sans-peur, anoblit cette famille. Armes : de gueules, à l'étoile d'argent.

GAY. Cette famille, qui s'était fixée à Salins, remonte à Odot Gay, seigneur de Montafroid, maire de Poligny en 1584. Son frère était conseiller maître des comptes à Dole. Le président au parlement, Gay de Marnoz, fut confirmé dans sa noblesse en 1738. Alliances : Bergeret, Bondieu, Vigoureux, Roy, Pourtier, Girod, Matherot, etc. Armes : d'azur, à deux chevrons d'or, accompagnés de deux étoiles en chef, d'un croissant en coeur et d'une étoile en pointe, le tout d'argent. Devise: EN TOUT TEMPS GAY !

17 avril 2007

Encore plus d’archives de l’état civil en ligne aux AD de la Vienne

Message de Mr Pierre Brémond des Archives départementales de la Vienne :
Depuis octobre 2006, les internautes ont été nombreux à venir consulter les archives sur le site Internet des Archives départementales de la Vienne. Désormais, ce site donne accès à plusieurs centaines de milliers de pages supplémentaires.

En effet, ce sont d’abord les registres paroissiaux et d'état civil de la Vienne, du XVIème siècle, origine de ces archives, à 1852, qu’il a été possible de consulter par Internet. La fréquentation du site des Archives a représenté ces derniers mois l’activité d’une salle de lecture virtuelle qui enregistrerait chaque jour 1 400 visites et 75 000 consultations.

Au vu de ces chiffres et du besoin exprimé par le public en faveur d’un accès toujours plus large aux archives en ligne, les Archives départementales ont procédé le 16 avril à la mise en ligne de trois décennies d’état civil numérisé supplémentaires. C’est donc l’ensemble des registres pour toutes les communes de la Vienne, des origines à 1882, que l’internaute peut désormais consulter à distance.

Dans le même temps, l’ensemble du site continue d’évoluer. De nouveaux inventaires et outils utiles pour la recherche sont mis à disposition au fur et à mesure de leur rédaction : ainsi, tout récemment, des conseils permettant de s’ orienter dans les méandres des archives du cadastre. Ces nouveaux instruments de recherche doivent permettre aux internautes de mieux préparer leur venue dans la salle de lecture des Archives départementales.
Retrouvez les Archives départementales sur le site à l’adresse : http://www.archives-vienne.cg86.fr/

13 avril 2007

Traduire les pages de votre blog Blogger avec Yahoo Babel Fish

J'avais déjà écrit un article sur ce sujet en juillet 2006 pour l'ancienne version de Blogger, voici la procédure à suivre pour la nouvelle.

1. Allez sur la page http://fr.babelfish.yahoo.com/free_trans_service

2. Dans le carré "Traduire votre page", cliquez sur le bouton "Je veux cet outil"



3. Copiez le code qui vous ai donné dans le fenêtre telle que ci-dessous :



4. Dans Blogger, créez un widget de type HTML/Javascript dans la colonne de droite puis collez le code copié précédement.




5. C'est terminé... Vous devez avoir quelquechose comme ça en colonne de droite...

Nobiliaire de Franche-Comté : F

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
Blason FabryFABRY. Cette famille remonte à Pierre Fabry, célèbre professeur en droit de l'Université du comté de Bourgogne en 1490. Armes : de sable, à la bande d'argent, chargée de trois glands de sinople, la queue en haut.

Blason Faivre FAIVRE DE COURCELLES. Cette famille, qui parait avoir une origine commune avec celle de Faivre d'Esnant actuellement fixée à Baume, a été convoquée au siècle dernier aux assemblées de la noblesse. Une famille le Faivre portait pour armes : d'or, au chevron de gueules, accompagné de trois coquilles d'azur.

FALERANS. Etienne de Falerans, capitaine d'Arguel, d'une ancienne noblesse chevaleresque éteinte, était chevalier de Saint-Georges en 1507. Alliances : de Poligny, de Salins-Vincelles, de Villier. Armes : d'argent, à la bande de sable, côtoyée de deux bétons du même.

FALETANS ou FALLETANS. (Voyez plus haut, page 167.)

Blason FallonFALLON. Thomas de Fallon, seigneur de Vellotte et d'Arguel, chevalier, vivait en 1341. Sa postérité s'est éteinte dans la maison de Grammont-Granges. Armes : d'azur, à trois besans d'or.

FAN. Famille patricienne de Besançon qui possédait, au siècle dernier, les fiefs de Raze et de Serre. Claude Fan, seigneur de Serre, était chanoine de la métropole de Besançon en 1682. Alliances : Richard, etc. Armes : d'or, au chevron de gueules, chargé d'un croissant d'argent et accompagné de trois pommes d'artichaut du même.

FARINEY. Famille qui s'est anoblie dans l'épée et qui a figuré aux assemblées électorales de la noblesse de bailliages d'Amont et de Besançon en 1789.

Blason FarodFAROD. La noblesse de ce nom remonte à Claunde Farod, chanoine de la métropolitaine, prieur de Leval et conseiller clerc à la chambre des comptes en 1591. Armes : de gueules, à la croix ancrée d'argent.

FAUCHE. Philippe II, roi d'Espagne, anoblit, en avril 1578, Hugues, Marc et Etienne Fauche, originaires de Morteau. Un de leurs fils, Estienne Fauche, reçut des lettres de chevalerie en 1604. Jean-Jacques, son fils, devint archevêque de Besançon en 1661. Alliances: Richardot, de Marenche, Lalleman, etc. Armes : de gueules, à trois têtes de licorne d'argent, les deux du chef affrontées.

FAUCOGNEY. (Voyez plus haut, page 168.)

FAULQUIER. Cette famille a été anoblie en 1559. Elle a donné un abbé de Saint-Claude et a possédé la seigneurie de Chauvirey. Alliances : Salins, Bussy, Quincey, Haraucourt, Saulx. La famille de Villelume a hérité des biens de Faulquier de Chauvirey. Armes : d'azur, à trois faux d'argent, emmanchées d'or. Une famille du même nom, originaire de Lons-le-Saulnier, reçut des lettres de noblesse en 1400 du duc de Bourgogne Philippe le Bon. Elle est éteinte. Armes : coupé, au 1er d'or, à l'aigle de sable, au 2e d'azur, au chevron d'or, accompagné de trois faucilles d'or.

FAURE. On trouve Jean-François Faure, conseiller au parlement de Franche-Comté. Alliances : Hugon, etc. Armes : d'argent, à un arbre arraché de sinople, au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'or.

Blason Favernay FAVERNAY. Les armes de l'ancienne noblesse de ce nom étaient d'or, au lion de gueules, couronné, armé et lampassé d'azur.

FAVIER. Sa noblesse remonte à Jean-Louis Favier, originaire de Mourans près Saint-Claude, anobli le 28 août 1559. Armes : d'azur, à trois étoiles d'or et au croissant d'argent en abîme.

Blason FavièreFAVIERE. Cette famille, originaire de Gy, a possédé les seigneuries de Charmes et de Gy, et a donné un conseiller au parlement de Besançon en 1789.. Elle avait été anoblie en 1558 par le roi d'Espagne. Alliances : Bavoux, Pointes, Terrier-Santans, etc. Armes : d'or, à trois pomme de pin de sable.

FEBVRIER. Conrad de Febvrier ayant épousé, en 1295, Girarde de Bourgogne, tille naturelle du comte Othe de Bourgogne, reçut du comte des armoiries spéciale. Sa postérité s'est éteinte dans Nicolette Febvrier, mariée, en 1469, à Guillaume Jacquemet. Armes : d'or, au lion d'azur, armé et lampassé de gueules, la queue fourchée et passée en sautoir.

Blason FelignyFELIGNY. Armes : d'argent, à la croix ancrée d'azur.

Blason FelletetFELLETET. Claude Felletet, de Baume-les-Dames, était conseiller au parlement en 1600. Alliances : de Grammont, etc. Armes : d'azur, au lion d'argent.

FÉNIX. Cette famille a donné, au XVIe siècle, un conseiller au parlement de Dole, dont la fille unique épousa Noble Pierre Lampinet. La famille Fénix du Tourondel, en Limousin, a quelquefois voulu s'y rattacher. Armes : d'or, à un phénix de sable, essorant d'un brasier de gueules.

FERRIER DU CHATELET. La souche, originaire d'Espagne et établie autrefois en Provence, puis en Franche-Comté et en Lorraine, a donné deux archevéques d'Arles au XVIe siècle. Alliances : Amey, Jeannot de Saulnot, Damedor, Benoist, Simiane, Vuillin, etc. Armes : d'argent, à quatre fers de lance d'azur, appointés en sautoir.

Blason FerrièresFERRIÈRES. Il y a eu deux maisons nobles de ce nom, dont l'une alliée aux Montrichard, aux Mailly, aux Friand, etc. Armes : de sable, au chevron d'or.

FERROUX (I.E). Alliances de cette ancienne noblesse éteinte : Valeroy, Citey, Chilley, Thierry, Amandres, Monnet, etc. Armes : de gueules, à trois besans d'or.

FERRUFIN. Originaire du Milanais cette famille établit par preuves sa noblesse d'extraction devant le parlement de Franche-Comté en 1654. Claude Ferrufin était procureur du bailliage d'Amont. Armes : de gueules, à la bande d'or, au chef du même, chargé d'une aigle éployée de sable.

Blason FertansFERTANS. La seigneurie de Fertans à donné son nom à une branche de la maison de Scey ; mais antérieurement elle avait eu des seigneurs du nom, et dont les armes étaient d'argent, à la fasce d'azur, chargée de trois étoiles d'or.

Blason FertéFERTE (LA). Un fief situé près d'Arbois est le berceau de cette famille éteinte, dont était Simon de la Ferté cogouverneur de la cité en 1521, et précédemment Guillaume, en 1497. Alliances : Bourrelier de Malpas, de Fraisans, etc. Armes : de sable, à trois jumelles d'argent.

FÉTIGNY. La terre de Fétigny, sise dans le fond d'une gorge du bassin de la Valouse, près Arinthod, fut le berceau de cette maison éteinte. Alliances : Vellefaux, Lallemand, Albon, Igny, Baumotte, Grammont, Plaine, Andelot. Armes : de gueules, à trois chevrons brisés d'or.

FILAIN. La maison de Filain est éteinte. La seigneurie de ce nom appartint plus tard à la famille de Camus. Armes : de gueules, à cinq merlettes d'argent, posées 2, 2 et 1.

FILBRIQUE. Famille qui possédait un fief à Leigna, au bailliage d'orgelet en 1614.

FLAGET Branche des maisons de Pontaillié et d'Oyselet.

FLAMMANCHET. Armes : émanché de gueules et d'hermine.

FLAMMERANS. Cette famille d'ancienne noblesse s'est éteinte dans la maison de Montrichard. Jacques de Flammerans reçu à Saint-Georges en 1474, mourut en 1482. C'était un des gentilshommes qui installèrent en 1440 l'archevêque de Besançon. Armes : d'azur, au sautoir engrêlé d'or, accompagné de quatre flammes du même.

FLORIMOND. Philippe Florimond, conseiller au parlement de Dole en 1587, est l'auteur de cette famille qui existait encore à la fin du siècle dernier. Armes : d'azur, au chevron d'or, à la montagne de trois coupeaux d'or, posée en champagne, et chargés chacun d'un lis d'argent, tigé et feuillé de sinople. (La Chenaye-Desbois blasonne le mont de sinople, et substitue des roses aux lis.)

FLUCHET. Cette famille éteinte était originaire des environs de Saint-Hippolyte. Armes : coupé de sable et de gueules, au croissant d'argent sur le tout.

FOILLENOT. Antoine Foillenot était recteur de l'Université de la province et lieutenant au bailliage de Gray. Ses descendants ont possédé le fief d'Autricourt, et donné un conseiller aux comptes en 1711. Alliances : Lambelin, Clerc,Vuilleret, Terrier, Dunod, Lavernay, Picot de Moras.

FOISSERET. Armes : d'azur, au cerf passant d'argent, sommé d'une étoile du même.

Blason FoissotteFOISSOTTE. François Foissotte de Dampierre-sur-Salon, maître des requêtes au parlement de Dole, reçut des lettres de noblesse en 1652 et de chevalerie en 1666. Il n'eut pas de postérité. Armes : d'azur, à trois besans d'or.

FOLIN. Originaire du duché de Bourgogne, où sa famille était connue dès le XIVe siècle, Nicolat de Folin, baron de Pleurre, se fixa à Dole par suite de son alliance avec Susanne Matherot. Il devint premier président aux comptes de Franche-Comté, et obtint des lettres de marquisat. Armes : de gueules, au hêtre arraché d'or, le pied dans un croissant d'argent. Devise: FOLIUM EJUS NUNQUAM DEFLUET.

FONVENS. La race des anciens comtes de Fonvens, dont le nom s'écrit dans les anciens titres Fontis-Vena, s'est éteinte dans la maison de Vergy dès la fin du XIIIe siècle. Armes : de gueules, à cinq fasces d'or, la première chargée d'un croissant d'azur.

FOUCHERANS. La seigneurie qui a donné ce nom à un ancienne maison éteinte, en 1586, est située à une lieue de Dole. Elle a passé successivement à une branche cadette de la famille de Plaine, aux Piquet, et aux Bereur de Malans. Le prince de Condé y établit son quartier général en 1636, et Louis XIV y logea en février 1668. Armes : de sable, à deux bourdons de pèlerin d'argent en pal et une coquille d'or en chef.

FOUCHIERS. Famille d'ancienne noblesse, qui ne parait pas avoir eu la Franche-Comté pour berceau, quoiqu'elle y ait résidé pendant longtemps et qu'elle y ait contracté des alliances avec les maisons de Lannois, du Vernoy, de Vautravers, de Thomassin, de Genève, etc. Claude, autre Claude et Emmanuel de Fouchiers étaient chevaliers de Saint-Georges en 1534, 1542 et 1651. Armes d'azur, à la fasce d'argent, accompagnée en chef de trois étoiles du même.

FOUGEROLLES. Les armes de cette maison éteinte sont : de gueules, au chef de vair.

Blason FourcaultFOURCAULT. Ancienne famille noble de Poligny, qui possédait au XIVe siècle la seigneurie d'Escandin. On trouve encore la trace de Fourcault au XVIIe siècle. Alliances : Saint-Mauris, Carondelet, etc. Armes : d'azur, au sautoir engrêlé d'or.

FRAGUIER. La famille de Fraguier, originaire de Paris, était établie dés le siècle dernier en Franche-Comté, où elle fut convoquée aux assemblées de la noblesse, en 1789. Elle avait la baronnie de Batilly et la seigneurie de Dannemarie. Ambroise Nicolas, marquis de Fraguier, maréchal de camp en 1789 à Paris. Alliances : de Poligny, Garnier, Desloges. Armes : d'azur, à la fasce d'argent, accompagnée de trois grappes de raisin d'or.

FRAISANS. Ancienne maison éteinte. Armes : de gueules, à l'aigle éployée d'argent, chargée d'un lambel à trois pendants d'azur.

FRANCHET. Claude Franchet, de Pontarlier, anobli en 1551, est l'auteur de cette famille, qui a été reçue à Malte et cinq fois à Saint-Georges, de 1688 à 1816. Charles-Ignace Franchet de Rans, conseiller au parlement de Besançon, obtint l'érection en marquisat, sous le nom de Franchet, de diverses terres, en 1745. La famille Franchet d'Espérey prétend être une branche cadette de celle-ci. Alliances : De Maillot, Damedor, de Poutier, Mareschal, Marquis, de Chaillot, Masson, etc. Armes : d'azur, à la tête de cheval d'argent, lampassé de gueules.

FRANQUEMONT. Un fils naturel de Estienne, comte de Montfaucon-Montbéliard, ayant eu en partage la terre de Franquemont, en 1397, fut la tige d'une famille de ce nom, qui a donné au XVIe siècle cinq chevaliers de Saint-Georges. La terre de Han en Barrois fut érigée en comté en 1720 par le duc de Lorraine en faveur de Georges-Gabriel de Franquemont, son chambellan. Alliances : d'Arbonnay, de Brunecoff, de Gilley, etc. Armes de gueules, à deux bars adossés d'or.

FRANCOLIN. Jean Francolin, fils d'un notaire de Besançon, devint roi d'armes de Hongrie, directeur des tournois d'Allemagne. Armes : d'azur, à deux chevrons de gueules : le 1er surmonté de deux faisans couronnés d'argent ; à l'aigle d'argent, chargée d'un sautoir de gueules en pointe.

FRASNE. En 1292, Jean de Frasne était connétable du comte de Bourgogne. Il était d'une maison qui avait pour berceau la Seigneurie de Frasne-le-Châtel, près de Gy, et pour Armes : d'argent, à la fasce de gueules, accompagnée de six.... de sable, trois en chef et trois en pointe. Une autre famille de Frasne portait : coupé d'or et d'azur.

Blason FrenoisFRENOIS. Les armes de cette maison éteinte sont : de gueules, au lion d'argent.

FRÈRE. Cette famille a fourni un chanoine prébendier, Seigneur de Vorges et de Villefrancon.

FRIANT. L'ancienne maison de Friant, éteinte, a donné six chevaliers, de Saint-Georges de 1440 à 1546, et s'est alliée aux Flammerans, Beaumotte, Munans, Montrichard, Citey, Mailleroncourt. Armes : d'azur, à une bandé engrêlé d'argent.

FROISSART. (Voyez plus haut, page 169.)

FROMENT. Cette famille a donné au siècle dernier un conseiller au parlement. Il ne faut pas la confondre avec une famille du même nom, passée du Bugey en Languedoc. Armes : de gueules, à une gerbe d'or liée du même.

FROMENTEL. Famille qui avait pour armes parlantes d'azur, au sautoir d'argent, cantonné de quatre épis de blé d'or.

FRONTENAY. La terre de Frontenay, érigée en marquisat au mois d'août 1743 pour les Montrichard de Viseinal, avait eu ses seigneurs particuliers dont les armes étaient : d'azur, à cinq amelets d'argent, posés en sautoir.

FRUYN. L'illustration de cette famille, originaire de Poligny, remontait à Jean Fruyn, prélat distingué au XVe siècle. Armes : d'argent, à un chevron d'azur, chargé de trois étoiles d'or.

FUFFREY. Cette famille, qui possédait au siècle dernier un fief à Gevigney, a été reçue aux assemblées électorales de la noblesse en 1789.

FUSSEY. Cette maison, qui a fait ses preuves pour le chapitre de Saint-Claude, était originaire du duché de Bourgogne, et passa au XVIe siècle en Lorraine. Armes : d'argent, à une fasce de gueules, accompagnée de six merlettes de sable, rangées trois en chef et trois en pointe.

FYARD. La noblesse de cette famille a été constatée en 1789 par un arrêt du Conseil d'État, comme remontant à Claude Fyard, qui vivait à la fin du XVe siècle. Ses descendants possédèrent les seigneuries de Gevigney et de Mercey, qui devinrent les surnoms de deux branches. Alliances : Logre de Francourt, Virot, de Montrichard, Raillard de Granvelle. Armes : d'azur, à la foi d'argent posée en fasce et surmontée d'un coeur enflammé, aussi d'argent.

11 avril 2007

Mariages d'époux ROUX dans le 04

Époux : ROUX François (26 ans), veuf de JOUVENT Alexandrine
Épouse : JAUBERT Honorine Victorine (30 ans)
Date : 24/06/1876
Lieu : 04-SAINT-PONS
Parents de l'époux :
Père : Jean Pierre
Mère : JEAN Marie Magdeleine
Parents de l'épouse :
Père : + Jean Joseph
Mère : DERBEZ Augustine

Époux : ROUX Antoine Honoré Marius (40 ans)
Épouse : JAUBERT Joséphine
Date : 25/04/1877
Lieu : 04-ALLOS
Parents de l'époux :
Père : + Jean Baptiste
Mère : BARBAROUX Marie Elisabeth
Parents de l'épouse :
Père : Jean jacques
Mère : MATHERON Marie Sophie

Époux : ROUX André Amant (32 ans)
Épouse : SAUNIER Rose Jeanne (16 ans)
Date : 17/11/1841
Lieu : 04-ST-VINCENT LES FORTS
Parents de l'époux :
Père : François
Mère : DOMAS Monssoline
Parents de l'épouse :
Père : Jean André
Mère : + VIGNE Adélayde Gertrude

Époux : ROUX Jean Louis (32 ans)
Épouse : GASTINEL Marie Lulette (31 ans)
Date : 11/06/1845
Lieu : 04-LES THUILES
Parents de l'époux :
Père : Jean Honoré
Mère : + GOIN Marie Catherine
Parents de l'épouse :
Père : Jean François
Mère : DOU Françoise

Époux : ROUX Jean Honoré (35 ans)
Épouse : ARVEL Marie Clémence
Date : 09/08/1848
Lieu : 04-ALLOS
Parents de l'époux :
Père : + Jean Baptiste
Mère : BARBAROUX Marie Ursule
Parents de l'épouse :
Père : + Jean Pierre
Mère : GUIEU Suzanne Virginie

Blasons pour le nobiliaire de Franche-Comté

DAMEDORDEMONGENETDESBIEZDoleDom de Saint-AmourDompréDOYEN DE LAVIRONDROUHOTDRULLEYDucDULLYDURESTAL

Nobiliaire de Franche-Comté : E

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
EBAUDY. Cette famille, qui possédait au siècle dernier les seigneuries de Francour, de Fresnes, de Rochetaillée, a été convoquée aux assemblées de la noblesse des bailliages d'Aval et de Besançon en 1789.

EBERLIN. Armes : d'azur, à deux tours d'argent maçonnées de sable.

ENSKERQUE. Une inondation chassa de la Hollande la maison d'Enskerque ou Emskerque, qui vint se réfugier à Anvers, puis en Franche-Comté, où l'empereur Charles-Quint lui confirma sa noblesse. Elle a été admise à Saint-Georges en 1664 et a donné un evèque de Salonne. Elle s'est éteinte dans son petit-neveu. Alliances : Prevost, Bercin, Despotots, de Jouffroy, etc. Armes : d'azur, à trois harengs mis en fasce, posés l'un sur l'autre et couronnés d'or.

ESCARROT. Cette famille, originaire de Neufchâtel, a possédé le fief de Feules, a donné un recteur de l'Université de Franche-Comté en 1514 et s'est éteinte dans celle de Robardey. Charles-Quint lui avait accordé des lettres de noblesse. Armes : de gueules, au sautoir engreslé d'or.

ESCHENOZ. Famille éteinte, qui avait pour Armes : d'argent, à la fasce d'azur, chargée de trois coquilles d'argent.

ESCRILLES. Le village de ce nom, situé sur les bords de la Valouze eut ses seigneurs particuliers connus dès l'an 1211. Loys d'Escrilles était châtelain de Monnet en 1417, et Boniface réfecturier de l'abbaye de Joux en 1448. La terre d'Escrilles passa de cette maison dans celles de Morel, de la Baume, de la Tourière, de Marmier, de Bocquet, d'Iselin et du Chaylar. Armes : d'argent, à la croix de sable, au chef endenché de six pièces du même.

ESSERTENNE. Un village de ce nom, situé près de Gray, a été le berceau des seigneurs d'Essertenne, éteints depuis longtemps. Armes : d'azur, à la bande d'argent, accompagnée de trois étoiles du même.

ESMONARD. Cleriadius Esmonard, natif de Gigny, obtint en 1651 du roi d'Espagne des armoiries. La noblesse de sa famille n'est pas très assurée. Armes : de sinople, à la bande d'or accompagnée de deux heaumes d'argent.

ESPENOY. Cette famille éteinte remontait à Froment d'Espenoy, chevalier, vivant en 1376. .Elle a été reçue à Saint-Georges en 1467, et s'est alliée à celles de Cléron, Scey, Villers, du Vernois, Poncelin, etc. Armes : de gueules au croissant d'argent.

ESTAVAYER. Une branche de cette maison, originaire de
Suisse, s'établit en Franche-Comté, où elle s'est éteinte en 1490.
Elle remontait à Pierre d'Estavayer, qui testa à Salins en 1321.
Alliances : Saint-Mauris, Poligny, Franchet, etc. Armes : pallé d'or et de gueules de six pièces, à la fasce d'argent chargée de trois roses de gueules.

ESTERNOZ ou ESTERNOS. Cette famille, originaire de Salins et anoblie en 1411 dans un greffier en chef du Parlement, dont la postérité acquit de l'illustration, fut reçue à Saint-Georges en 1767 et 1817, admise ans honneurs de la cour en 1769 et 1789. Les terres de Refranche, Pitgant, etc., furent érigées en comté d'Esternoz, en 1724, pour Philippe Joseh d'Esternoz de Molambos, capitaine de dragons. Alliances : Arvisenet, Hennequin, etc. Armes : de pourpre à la fasce d'argent, chargée d'une coquille du champ.

ESTERNO. D'une ancienne noblesse connue dès l'an 1210, cette maison s'est éteinte après avoir produit plusieurs branches, dont la famille précédente se prétendait issue et dont les armoiries lui ont souvent été à tort attribuées. Armes : de gueules, à la fasce d'argent, accompagnée de trois arrêts de lance du même.

ESTEY. La devise de cette famille, éteinte depuis longtemps, était : De toutes les saisons, l'esté meplait. Armes : d'azur, à deux lions affrontés d'or, soutenant de leurs pattes de devant un sautoir raccourci de gueules.

ESTIENNE. Ancienne famille patricienne de Besançon, qui a fourni deux cogouverneurs en 1588 et 1597, et s'est éteinte au siècle suivant. Alliances : Richardot, Mareschal, Poutier, Melcot de Fédry, etc. Armes : d'or, du chevron de sable, chargé de deux trèfles et d'une croisette en chef, le tout d'argent, et accompagné de trois chênes, arrachés de sinople.

ESTRABONNE. Les anciens barons d'Estrabonne, connus dès 1123, se sont éteints dans Jeanne, fille de Guillaume d'Estrabonne, chambellan du duc de Bourgogne Philippe le Bon. Elle épousa Jacques d'Aumont vers 1458. Alliances : de Bouclans, Moncley, Ray, Rougernont, Vienne, etc. Armes : d'or, au lion d'azur.

ESVANS. Armes : de gueules, à la croix d'argent, cantonnée de quatre coquilles du même.

ETIMONET. Cette famille, convoquée en 1789 aux assemblées électorales de la noblesse de Lons-le-Saulnier, était alors représentée par Charles Désiré Etimonet de Gaudière, seigneur de Domblans et lieutenant du roi à Cambrai.

EUVRARD. Jean Euvrard, cogouverneur de Besançon en 1431, était d'une famille alliée celle de Chaffoy. Armes : d'azur, à trois navettes d'argent.

10 avril 2007

Nobiliaire de Franche-Comté : DU

Source : Annuaire de la noblesse de France 1866
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36594k/f393.item
DUBAN. Noble Martin Duban, originaire de Gray, recteur de l'Université de Franche-Comté en 1600, est la tige de cette famille. Armes : d'azur, à la fasce accompagnée en chef d'un oiseau essorant, et en pointe d'une croisette, le tout d'argent.

DUBOIS. Cette famille était représentée, au siècle dernier, par noble Laurent Dubois, convoqué à l'assemblée électorale de la noblesse du bailliage d'Aval, en 1789.

DUBOURG-MIROUDOT. Le duc de Lorraine anoblit, en 1512, Adam Dubourg, dont le fils se fixa en Franche-Comté, où ses descendants ont possédé les terres de Moffans,d'Onans, etc. Cette famille adonné plusieurs maires de Vesoul et un évêque de Babylone, consul général à Bagdad. Alliances : Perrin, Racle, etc. Confirmation de noblesse en 1771. Armes : parti, au 1er d'argent, au cerf au naturel couché sur une terrasse de sinople, chargé sur l'épaule d'une quintefeuille percée d'azur, au 2e de gueules, à deux lions d'argent, affrontés et lampassés de gueules.

DucDUC. Jean Duc, originaire de Salins, anobli en 1602, acquit la seigneurie de Rabeur. Joseph-Étienne Duc, chevalier de Malte, était lieutenant-colonel au régiment des gardes wallonnes en Espagne en 1789. Armes : coupé de gueules et d'argent, à un lion de l'un en l'autre, armé et lampassé d'or.

DUCHAMP. Jean-Baptiste Duchamp fut fait chevalier en 1644. Armes : d'azur, à deux étoiles d'or en chef et un croissant en pointe du même.

DUCHESNE DE GILLEVOISIN, duc de Conegliano. (Voyez l'Annuaire de 1864, page 77.)

DUCIS. Pierre-Marie-Denis Ducis, écuyer, chevalier de Saint-Louis, fut convoqué en 1789 aux états de la noblesse du bailliage de Lons-le-Saulnier.

DUFRESNE. Cette famille a possédé la seigneurie de Frétigney et s'est alliée aux Labbey de Villeparoy, Varin, etc.

DUILLY. Famille éteinte dès 1331, dont était Henri de Duilly, châtelain du château royal de Coiffy. Armes : burelé d'or et de gueule de huit pièces..

DULLYDULLY (DE). Famille éteinte. Armes : d'or, semé de billettes de sable, au lion du même.

DUNOD DE CHARNAGE. Famille noble, originaire de Saint Claude (Franche-Comté), connue dès le XVe siècle, qui a fait de bonnes alliances et possédé les seigneuries du Châtillonnais, de la Tour, de Pelousey et la baronnie d'Uzelle. Elle a produit plusieurs hommes remarquables : Antide Dunod, né vers 1640, négociateur au service de l'empereur Léopold Ier, évêque nommé de Widdin, remplit avec distinction plusieurs missions importantes. Son frère, Claude François Dunod, commandant d'un corps de volontaires au service de l'Empire, fut tué en 1683, au siége de Vienne, où il se signala par sa bravoure. François Ignace Dunod de Charnage, neveu des précédents, né en 1679, célèbre auteur de l'Histoire de Franche- Comté, principal héritier de la branche aînée de Charnage, du chef de Salomé de Charnage, son aïeule paternelle, mariée en 1642 à Sébastien Dunod, capitaine au service de Sa Majesté Catholique, releva le nom des Charnage et écartela leurs armes avec les siennes, en vertu de lettres patentes données, à Versailles en 1737. Sa postérité a fourni plusieurs officiers, deux conseillers an parlement de Franche-Comté ; un maire de Besançon, chevalier de l'ordre du roi ; un intendant de la Carinthie, qui fut ensuite aide de camp civil de l'empereur Napoléon Ier, puis préfet de la Lozère. Il préserva ce département du fléau de la guerre civile. Alliances : Clerc de Longevelle, de Mouret-Montrond, de Betoncourt, de Trévillers, de Laborie, de Nervo, de Laperrière, du Breul de Sacconney, etc. Armes : écartelé, aux 1er et 4e de gueules, à la fasce d'argent, accompagnée de trois besans d'or, qui est de Dunod ; aux 2e et 3e d'azur, à la croix d'or, accompagnée; en chef de deux étoiles du même, qui est de Charnage. Couronne de comte. Devise : Toujours en bon lieu.

DUPREL ou Dupré Cette famille, actuellement établie en Lorraine, possédait la seigneurie de Merona et a donné un chevalier de Malte, gouverneur du fort de Joux. Armes : de gueules; au chevron engreslé d'or, accompagné de trois étoiles du même.

DUPUGET. François-Marie Dupuget; seigneur de Champagne, fut convoqué aux assemblées de la noblesse du bailliage d'Orgelet en 1789.

DURAND. Originaire de Baume et maintenue dans sa noblesse par arrêt de 1702, cette famille a suivi la carrière de l'épée et possédé les seigneuries de Mancenans, Gevigney, Lantenot et Mercey. Alliances: Gilbert, de Cizoles, Tranchant, Colin, Terrier, Henrion, Pusel, de Sonnet, etc. Armes : d'azur, à la fasce d'or, accompagnée de trois trèfles d'argent. Devise : Endurant, j'espère !

DURAQUET DE MONTJAY. Famille originaire de Saluces, qui a fourni un gentilhomme verrer à la Vieille-Loge en 1630, et dont la noblesse a été reconnue par arrêt du parlement de Dole en 1698. Elle s'est fixée aussi en Bretagne. Armes : d'azur, au croissant d'or, accompagné de trois serres, d'aigles du même.

DURESTALDURESTAL. Armes : coupé d'or et d'azur, au lion brochant de gueules.

DURNE ou DURNAY. Les seigneurs de Durnay se sont éteints au XVe siècle ; ils étaient connus dès l'an 1178.

DUSILLET. Charles Dusillet, écuyer, capitaine du château de Rahon, fut pris et pendu sur la brèche du château qu'il avait refusé de livrer au duc de Longueville en 1638. Sa famille, qui a possédé les fiefs des Goubots et de Lanoncourt, s'est perpétuée par ses neveux. Un de leurs descendants, maire de Dole, reçut des lettres de confirmation de noblesse sous la Restauration. Alliances : Bergère, Vernier, Lampinet, etc. Armes : d'azur, au chevron d'or, accompagné d'une tour à senestre et d'un croissant du même en pointe.
eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+