04 janvier 2007

Nobiliaire de Savoie : LM

Source : Annuaire de la noblesse de France 1861
BnF/Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k365890/f392.item


LAFORESTLAFOREST. La maison de Laforest tire son nom d'une terre située au Mont-du-Chat, près d'Yenne, dans le petit Bugey. Une de ses branches s'est établie au pays de Gex, où elle possède le comté de Divonne, érigé en sa faveur en 1749. Nous avons donné sa généalogie dans l'Annuaire de 1860, page 184. Albert de Laforest, chef d'escadron aux chevau-légers d'Aoste, s'est distingué à Montebello. Sa sœur, Lucile de Laforest, a épousé le comte Eugène de Seyssel-Sothenod.
Armes : de sinople, à la bande d'or, frettée de gueules.
Dessin : Rodolphe de Maistre.

LAZARYLAZARY. La famille de Lazary, originaire d'Arles, s'établit en Savoie vers l'an 1590. François de Lazary fut plusieurs fois premier syndic de Chambéry sous Victor-Amédée II. Son fils, le comte de Lazary, se distingua dans la carrière militaire par soixante ans de service, et fut appelé, en 1792, au commandement de l'armée du roi de Sardaigne.
Armes : d’argent à trois fasces d’azur au chef d’or chargé d’une aigle de sable membrée de gueules.
Dessin : Rodolphe de Maistre.

LescheraineLESCHERAINE. Paul de Lescheraine, marquis des Bauges, fut président au sénat de Savoie. Sa fille, Reine de Lescheraine, épousa François, marquis de Sales, général de cavalerie en 1747. Marguerite de Lescheraine s'était mariée en 1714 avec Bernard de Menthon, comte de Montrottier.
Armes : D’azur à la bande écotée d’or
Dessin : Rodolphe de Maistre

LeuctreLEUCTRE. Famille de Chambéry, établie au XVIe siècle en Provence, où elle possédait la seigneurie de Couillac.
Armes : d'or, à un caducée de gueules.
Dessin de Rodolphe de Maistre


LUCINGE. Maison du Faucigny, dont nous avons donné la notice page 186. Armes : d'argent, à trois bandes de gueules.

MAILLARD DE TOURNON. Cette famille ancienne, originaire de Rumilly, a produit : Pierre de Maillard, qui resta fidèle au duc de Savoie, dépouillé de ses Etats en 1536, et fut créé comte de Tournon le 27 octobre 1569 ; il épousa Claudine de Bellegarde. Prosper de Maillard, comte de Tournon, fils ou frère du précédent, chambellan du duc de Savoie et poète distingué, mourut en 1616. Charles Thomas de Maillard de Tournon, fut sacré patriarche d'Antioche en 1701 et envoyé en Chine comme missionnaire. La terre d'Alby a été érigée en marquisat en 1681 pour les Maillard de Tournon.
Armes : d'azur, à un oiseau d'argent, becqué et membré de gueules, posé en bande.

MAISTRE. Originaire de France, cette maison s'est établie en Savoie, où elle a occupé de hautes fonctions dans la magistrature. Joseph, comte de Maistre et Xavier, son frère, se sont placés au premier rang des écrivains modernes par leurs ouvrages philosophiques et littéraires. La notice de cette famille a été donnée dans l'Annuaire de 1858, page 243.
Armes : d'azur, à trois soucis tigés et feuillés d'or.

MARESCHAL. Pierre Mareschal, chevalier, présent en 1314 au traité du comte de Savoie avec le Dauphin, est la tige de cette famille, alliée au Chalamont, aux Corgenon, aux la Queuille, aux Luyrieux, et éteinte dans celle de Seyssel-la-Chambre. François Mareschal, chevalier, baron de Meximieux, seigneur de Montaney, de la Verrière, etc., était grand chambellan de Savoie en 1511.
Armes : d'or, à la bande de gueules, accompagnée de six coquilles du même, posées en orle.
Dessin : Rodolphe de Maistre.

MARESTE. Maison de Savoie, dont une branche cadette était seigneurs d'Aspremont, en Bresse. Pierre-Balthazar de Mareste, comte de Rochefort et marquis de Saint-Agneux, gentilhomme de la chambre du roi, épousa Marie-Françoise d'Alinges ; et leur fille, Monime de Mareste, s'est mariée en 1783 avec le comte de Viry.
Armes : d'azur, à deux fasces d'argent, à la bande de gueules, brochant sur le tout.

MellarèdeMELLAREDE. Pierre de Mellarède, intendant de Nice en 1703, premier président de la chambre des comptes en 1704, devint un des plus habiles négociateurs de la cour de Turin et son représentant aux conférences d'Utrecht en 1713. Il a été créé comte du Bettonet en 1717, mais il resta connu sous celui de comte de Mellarède. Son fils, Amédée Philibert de Mellarède, recteur de l'université de Turin, abbé de Talloires et de Mullegio, légua sa bibliothèque à la ville de Chambéry.
Armes : Coupé, palé d’or et d’azur, contre palé de l’un en l’autre, à la fasce de sable chargée de trois étoiles d’or sur le tout.
Devise : Fermeté fidelité
Dessin : Rodolphe de Maistre.

MENTHON. La seigneurie de Menthon, aux bords du lac d'Annecy, a donné son nom à l'une des plus illustres maisons du Genevois. On regarde comme étant un de ses premiers rejetons saint Bernard, né en 923, qui fonda deux asiles hospitaliers dans les passages des Alpes, au sommet du grand et du petit mont Saint-Bernard. Robert de Menthon fut créé grand bailli de Genevois en 1371 ; Henri de Menthon, conseiller d'Amédée VIII et grand bailli du pays de Vaud, assista au traité de paix de 1413, entre le duc de Savoie et le marquis de Saluces. Georges de Menthon, seigneur de Coligny, conseiller du roi de France, fut nommé, en 1482, gouverneur et lieutenant général du comté de Villars par le duc de Bourgogne. Bernard III, premier comte de Menthon, fut créé colonel des milices par Emmanuel-Philibert, en 1560. Bernard VI de Menthon, comte de Montrottier, épousa en 1714 Marguerite de Lescheraine, et leur fille et héritière porta en dot le château et les biens de sa maison à Louis Veuillet de la Saulnière, comte de Domessin. La maison de Menthon avait formé plusieurs branches telles que celles des seigneurs de Couvette et de Beaumont sous Salève, des barons de la Balme et des comtes d'Aviernoz.
Armes : de gueules, au lion d'argent, à la bande d'azur, brochant sur le tout.

MILLET. Cette maison, une des plus distinguées de la Savoie par les personnages illustres qu'elle a produits, est originaire de Genève et s'expatria pour rester fidèle à la religion de ses pères. Étienne Millet était gouverneur de Martigny en 1260 ; Antoine Millet fut maître d'hôtel de Jean-Louis de Savoie, évêque de Genève. Pierre Millet, juge mage du Chablais et du Faucigny, vint s'établir à Bonneville et fut conseiller des ducs Philibert II et Charles III. Claude Millet fut conseiller au parlement français ; Louis Millet, son fils, savant jurisconsulte, président du sénat de Savoie en 1571, grand chancelier en 1580, chargé de diverses ambassades, avait obtenu l'érection des seigneuries de Faverges et de Challes en baronnie par lettres patentes du 10 octobre 1569 ; ses enfants formèrent les trois branches de Faverges, de Challes et d'Arvillars. La seconde seule est éteinte.
Armes : écartelé, aux 1e et 4e d'argent, à deux lions issans de sinople, armés et lampassés d'or, à la fasce de gueules côtoyée de deux filets de même ; aux 2e et 3e de gueules, à la bande d'argent, accompagnée de deux cotices de même ; sur le tout d'azur, au chevron d'or, vuidé de gueules, accompagné de trois étoiles d'or, à une hydre issant, à trois têtes de sinople, couronné et tangué de gueules, posé en chef.
Dessin : Rodolphe de Maistre.

MIOLANS. La notice de cette maison, éteinte en Savoie en 1523 et dont une branche s'était fixée en Dauphiné, a été donnée plus haut, page 196.
Armes : bandé d'or (alias d'argent), et de gueules.

MONET. Famille originaire de Bonneville, dont étaient Philibert Monet, né en 1566, père jésuite, auteur d'un grand nombre d'ouvrages dont plusieurs sont restés manuscrits ; Claude-Aimon Monet, fils de Jacques (avocat fiscal du Faucigny), étudia en France et devint professeur de droit à l'université d'Orléans. Le comte Monet, lieutenant général au service de Pologne, fils de François Monet, intendant du Chablais et contrôleur de la chambre des comptes, naquit en 1703. Il fut gouverneur du prince Czartoriski, gagna la confiance d'Auguste III, et fut créé comte par le roi de Sardaigne. Il épousa une noble Suédoise, dont il eut deux fils : l'un était en 1781 capitaine au service de France, l'autre embrassa l'état ecclésiastique.

MONTBEL. La terre de Montbel en Savoie, à trois lieues d'Yenne, a donné son nom à une famille ancienne et illustre, connue depuis Philippe de Montbel, qui prit part à la première croisade en 1096, et fut tué au siège d'Antioche. Humbert de Montbel assista au traité d'Amé IV avec le Dauphin en 1314. Guillaume de Montbel se signala à la bataille de Varey, devint conseiller d'Etat du comte Verd, et fut présent à son mariage en 1347. Le dernier rejeton mâle fut Sébastien de Montbel, comte d'Entremonts, dont la fille, Jacqueline, épousa en 1561 Claude de Bastarnay, comte du Bouchage, tué à la bataille de Saint-Denis. Le nom de Montbel a été relevé par la famille Vialet. (Voyez plus loin l'article Vialet).
Armes : d'or, au lion de sable, armé et lampassé de gueules, à la bande componée d'hermine et de gueules de six pièces.

MONTFORT. Ce nom a été illustré par Odinet, baron de Montfort, gouverneur de Nice, qui défendit cette place contre Barberousse et força ce corsaire à lever le siège. La famille de Montfort était originaire de Chambéry.
Armes : palé d'or et d'azur de six pièces.

MONTHOUX. Le château de Monthoux est situé près de Pringy, dans le comté de Genevois. Ses seigneurs tenaient un rang distingué parmi les barons du pays, et présidèrent souvent l'assemblée générale de la noblesse. Pierre de Monthoux fut député aux états généraux de Savoie en 1511. Plusieurs autres de ses rejetons occupèrent des dignités ecclésiastiques dans le diocèse de Genève.
Armes : d'or, au chevron de gueules.

MorandMORAND. Cette famille remonte à Antoine Morand, nommé en 1500 châtelain du Pont d'Ain, par Marguerite d'Autriche, duchesse de Savoie. Claude Morand, baron de Grilly, fut auditeur en la chambre des comptes en 1643. Louis Morand, son frère puîné, aussi maître auditeur, eut pour fils : 1° Claude François Morand, auteur de la branche de Grilly, alliée aux Favier, aux Maistre, aux Costa, aux Ricaldon, aux Mellarède ; 2° Jean-Pierre Morand, baron de Saint-Sulpice, capitaine au service de France, dont la branche, alliée aux Chevillard, aux, Lambert-Soirier, aux Provana, comtes de Collegno, et aux Millet, marquis d'Arvillars, a produit six frères qui se sont distingués dans les guerres de la fin du siècle dernier.
Armes : d'azur, à trois cormorans d'or. (Paillot). Voir les compléments sur la famille de Morand.
Dessin : Rodolphe de Maistre

MotzMOTZ. Charles-Pompée de Motz, seigneur de la Sale, de Montprovent, etc., était originaire de Rumilly. Henri-François-Pierre-Charles de Motz-Lallée, né en 1732, son fils, fut colonel au service de France et passa aux Indes, où il se rendit illustre sous les noms du chevalier de Lallée et du général Lally. Cette famille, encore existante, compte parmi ses rejetons un juge au tribunal de Bonneville.
Dessin de Rodolphe de Maistre qui a trouvé les armes suivantes : D'azur à la chouette d'or au vol étendu d'argent posée sur un tronc d'or, au chef cousu de gueules semé d'oiseaux de sable. 1ère moitié du 18e siècle, Jean-Baptiste de Motz, magistrat à Chambéry, états de Savoie.



MouxyMOUXY. On compte parmi les rejetons de cette famille François de Mouxy de Loches, lieutenant-colonel de l'armée sarde à la fin du siècle dernier, auteur de plusieurs ouvrages sur l'entomologie ; et un prieur de la Chartreuse de Collegno, près Turin, qui a composé plusieurs livres de dévotion. Armes : écartelé, aux 1 et 4 de gueules, au sautoir d'or ; aux 2 et 3 échiquetés d'or et d'azur de quatre traits.
Dessin : Rodolphe de Maistre.


MUFFAT MUFFAT DE SAINT-AMOUR. Jean-Pierre Muffat de Saint-Amour, né à Megève, se distingua sous le prince Eugène à la bataille de Petervaradin, devint colonel propriétaire du régiment de dragons de Saint-Amour et maréchal lieutenant au service d'Autriche. L'empereur Joseph lui donna le titre de comte. Le général de Saint-Amour fit une fortune considérable, acheta plusieurs terres titrées pour ses parents, qui formèrent la branche des seigneurs Muffat de Saint-Amour, marquis de Chanaz, et celte des comtes de Rumilly sous Cornillou, à laquelle appartenait Jean-François Muffat de Saint-Amour, général major au service d'Autriche en 1805.
Armes : d'azur au lion couronné d'or écartelé de gueules à trois t^tes de loup arrachées d'argent et allumées du champ
Dessin : Rodolphe de Maistre

14 commentaires:

Starkenberg a dit…

Gilles,

Les armes que vous publiez sont celles des MONTFORT du Genevois-Faucigny, qu'ils tiennent des TERNIER, dont ils sont issus, famille qui assura la charge de gonfalonier des comtes de Genève à titre héréditaire. La généalogie de ces MONTFORT a été publiée par François MUGNIER. Odinet est issu de cette famille et n'a rien à voir avec les MONTFORT de Chambéry.

Merci de rebondir.

Michel

rodolphe a dit…

Pour Motz,
Je trouve les armes suivantes:
D'azure à la chouette d'or au vol étendu d'argent posée sur un tronc d'or, au chef cousu de gueules semé d'oiseaux de sable.
1ère moitié du 18ieme siecle, Jean-Baptiste de Motz, magistrat à Chambéry, états de Savoie

Gilles a dit…

Merci Rodolphe. Par ailleurs, j'ai vu que vous aviez dessiné ce blason sur HeraldiqueGenWeb alors je l'ai utilisé.

rodolphe a dit…

pour la famille Morand de Saint-Sulpice(de) (duché de Savoie) j'ai "D’azur au phénix essorant d’or, regardant un soleil au canton dextre du chef".
Pour les Morand de Jouffrey (Lyon, Bourgogne, Provence), je trouve "d'azur à trois cormorans d'or" ou "de gueules à trois cormorans d'or".
Sont-ce les mêmes familles?

Gilles a dit…

Je viens de publier des compléments sur la famille Morand extraits du Dictionnaire historique, littéraire et statistique des départemens du Mont-Blanc et du Léman Par Jean Louis Grillet Publié par Puthod en 1807. D'après ce texte, les Morand de Grilly et Morand de St-Sulpice sont de la même famille. Par contre, je n'ai pas d'infos sur les Morand de Jouffrey. Du coup, je ne sais plus quelles sont les armes des Morand ...

rodolphe a dit…

Merci pour ce complément très intéressants. Pour ma part, je pense que les armes des Morand de Saint-Sulpice, Grilly etc.. du royaume Piémont Sardaigne Savoie sont D’azur au phénix d’or.., et non les cormorans. Les Cormorans seraient les armes des Morand du Dauphiné; cela n'exclu pas une parenté entre les deux familles.

Rodolphe a dit…

Pour Lazary, j'ai:
D’argent à trois fasces d’azur et au chef d’or chargé d’une aigle de sable membrée de gueules.

Gilles a dit…

Encore merci. J'ai repris votre dessin du blason Lazary sur cette page.

Rodolphe a dit…

pour Muffat de Saint Amour, j'ai le blason: d'azur au lion couronné d'or écartelé de gueules à trois têtes de loup arrachées d'argent et allumées du champs

Gilles a dit…

Merci Rodolphe pour les commentaires de ces derniers jours. Je viens de rentrer d'une semaine de congés en Roumanie. J'étudierais les informations que vous m'avez donné le plus tôt possible...

Rodolphe a dit…

pas de quoi; j'ai aussi dessiné Morand, Millet, Passier, Mareschal, Perret.

Gilles a dit…

Merci Rodolphe pour tous ces dessins, je crois que je les ai tous utilisé.

Anonyme a dit…

bonjour,
connaissez vous le lien entre la famille de Migieu et de Montbel ? Je vous remercie de me donner si vous en avez des informations. Dans la généalogie de de Migieu il est question d'Isabelle de Montbel qui descendrait, est-il écrit des comtes de Flandres et des rois de Lombardie.
D'avance merci.
Philip

Gilles a dit…

Je n'ai pas fait de recherches sur la famille de Migieu, par contre, si l'on tape Migieu Montbel dans Google, on obtient beaucoup de réponses, avez-vous essayé ?

eXTReMe Tracker This is a Genealogy site. Retrouvez-nous sur Google+