13 octobre 2006

Provence : Oraison (d')


Source : Dictionnaire universel de France, tome 2, page 109.
Auteur : M. de Courcelles
Gallica/BnF : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k36855h/f113.item
Armes : De gueules, à trois fasces ondées d'or.

Blason Oraison D'ORAISON. L'auteur de la critique du Nobiliaire de Provence, dit positivement que cette maison s'est éteinte, par mâles, en 1450, dans personne de Pierre d'Oraison, seigneur de Venterol, et qu'elle n'a plus subsisté que dans la maison de Aqua. Les deux familles d'Oraison à Digne et à Marseille (les seigneurs de Clumans) sont entées, dit le même historien, par des actes d'une filiation supposée. « On leur a donné le nom d'Oraison, parce qu'ils étaient originaires d'Oraison au diocèse de Digne. Ignace d'Oraison se flattant de cette illustre descendance, refusa les lettres de noblesse qui lui furent offertes par le cardinal Mazarin, pour récompense de quelques services rendus à l'état comme député à la cour par la communauté de Marseille ; il demanda en remplacement le titre de conseiller d'état ordinaire, etc. » L'ancienne baronnie d'Oraison, en Provence, fut érigée en marquisat par lettres de Henri III, données au mois de mars 1588, enregistrées au parlement d'Aix le 12 octobre 1589, en faveur de François de Laigue , baron d'Oraison, chevalier de l'ordre du roi, capitaine de cinquante hommes d'armes de ses ordonnances, grand sénéchal de Provence en considération, portent ces lettres, de l'ancienneté de sa noblesse et de ses services dans les guerres tant au dedans qu'au dehors du royaume, où il n'avait jamais épargné ni sa personne ni ses biens, et de ce qu'il s'était entremis en plusieurs importantes affaires concernant le bien de la couronne. C'était, dit Nostradamus, un seigneur de beaucoup de mérite et de valeur, aimant également les armes et les livres, qu'il savait fort honorablement manier en tems de guerre et de paix. « Il était fils d'Antoine de Laigue et de Marthe de Foix, de la très illustre maison de ce nom, petit-fils d'Antoine Honoré de Laigue et de Catherine de Clermont Lodève, soeur du cardinal François Guillaume de Clermont, et nièce du cardinal George d'Amboise, premier ministre sous Louis XII, arrière-petit-fils de Philibert de Laigue (de Aqua) et de Louise d'Oraison, héritière de sa maison.

Ce Philibert de Laigue, conseiller et premier chambellan du roi René, comte de Provence, fut un des tenants au magnifique tournoi que dressa et maintint ce prince en 1446, proche Saumur, en Anjou, rapporté en entier par la Colombière, dans son Théâtre d'honneur et de chevalerie, chapitre IV. Le même Philibert et Philippe de Lenoncourt ouvrirent un autre tournoi à Tarascon, où les fêtes furent célébrées les 2, 4 et 6 juin 1449, en présence du roi, de la reine, et de toute la cour. On en trouve la description à la fin du tome III de l'Histoire générale de Provence, par l'abbé Papon.

27 commentaires:

Annet d'Aubigny a dit…

Auriez-vous quelques lumières sur une certaine Pierrette d'Oraison,fille de Jean seign de la Roquette. Elle a épousé en 1562( en Provence,)Jean de Villeneuve,baron de Tourettes,seig d'Esclapon et autres lieux?Elle porte les armes citées dans votre article. Lien avec Ignace d'Oraison? Ma gd mère pat.Jeanne de Villeneuve-Esclapon descenr de cette Pierrette.Merci d'avance.Annet d'Aubigny ;leretdaubigny@hot mail.fr

Gilles a dit…

Après une rapide recherche sur Google, j'ai trouvé les pages suivantes qui parlent de Pierrette d'Oraison :

Tourrettes hier...

de Villeneuve Connections

Descendants Villeneuve-Esclapon

Je vais voir si je trouve d'autres éléments...

Gilles a dit…

Sur geneanet, on peut trouver Pierrette d'Oraison dans plusieurs arbres et notamment celui de Xavier Dando qui cite comme source l'Histoire de la Maison de Villeneuve en Provence de Juigné de Lassigny.

Pierrette aurait été mariée le 26 mars 1562 avec Jean de VILLENEUVE-TOURRETTES, Baron de Tourrettes. Elle serait la fille de Jean D'ORAISON et Catherine (DE) VILLENEUVE et serait décédée le 17 novembre 1626 au Luc (Var).

Marie-Elisabeth a dit…

Pour ma part, je cherche les actes de baptême d'Antoine et Jean-Baptiste de laigue, les enfants de Philibert et Louise d'Oraison. Compte-tenu des dates, je pense qu'il y a deux philibert de laigue, l'un actif dans la première moitié du XVE siècle, l'autre père d'Antoine et jean-baptiste. Quelqu'un aurait une info sur la génération des premières années du XVIe siècle? Normalement, on devrait trouver un troisième fils entre Antoine et Jean-Baptiste.

Marie-Elisabeth Boutroue

Jean-Pierre LOGEAIS a dit…

Antoine Honoré de AQUA (qui prit le nom d'ORAISON), époux de Catherine de CLERMONT-LODEVE, était le fils de Philibert de AQUA (dit aussi de LAIGUE) et de Louise d'ORAISON, mariés à Aix en Provence le 31.3.1478, et le petit-fils de Jean DE AQUA et de Marguerite de LAIGUE.
Un autre Philibert de LAIGUE aurait pu être le père de cette dernière.

Anonyme a dit…

Rechercher un acte de baptême en 1478 ?! ... Si vous le trouvez, n'hésitez pas à contacter le Guiness des records !

Marie-Elisabeth a dit…

Oui, mais on ne parle pas de n'importe quelle famille et on dispose des testaments enregistrés par des notaires de Lyon. J'ai trouvé aussi les papiers de la famille à la BnF : ils ont été versés par Antoine-Louis de Laigue et font suite aux deux enquêtes de noblesse. J'ai trouvé aussi à Grenoble les lettres de légitimation des deux fils de l'évêque Jean-Baptiste de Laigue. Au reste mon problème est plus simple : quel est le nom de baptême d'Antoine-Honoré? Si c'est Etienne, j'ai gagné. Autrement c'est plus grave...

Marie-Elisabeth Boutroue

Anonyme a dit…

Et pourquoi Antoine Honoré de L'Aigue alias d'Oraison aurait été baptisé sous le nom d'Etienne ?
Effectivement c'est grave ...

Anonyme a dit…

Antoine-Honoré aurait pu avoir un second prénom et l'utiliser avec un fief mineur pour le seul bénéfice de ses activités aussi diplomatiques que discrètes. Mon problème, c'est que Etienne de Laigue existe en littérature mais pas dans la généalogie. Antoine-Honoré existe dans les deux, mais surtout dans la généalogie. Ils sont tous les deux aux mêmes endroits à partir de 1535 et je n'ai qu'une source pour la date de la mort d'Etienne. Le seul endroit où je les trouve mentionnés successivement mais tous les deux, ce sont les actes de François Ier. Comme j'ai consulté les papiers de famille de la BnF, les testaments de Lyon, la maison de Marguerite de Navarre et des tas d'autres sources sans trouver Etienne, je m'interroge....
Une idée? (ça, ce ne serait pas grave).

MEB

Pierre a dit…

Effectivement,MM.Bassillon,auteurs de"Critique du nobiliaire de Provence" dont je possède le manuscrit original,estiment qu'il n'y a plus d'Oraison en ligne directe et il fait référence aux deux branches évoquées ds le 'nobiliaire de provence" comme étant originaires du lieu Oraison,leur seule légitimité.
Je recherche une information sur l'une de ces "branches" ,en particulier Pierre d'Oraison ,seigneur de Beaulieu ,qui aurait hérité du fief de Beaulieu de sa tante,Marie Besson en 1687.Merci par avance

Anonyme a dit…

Bonjour,
J'etudie en ce moment la généalogie de la famille d'Oraison, principalement les seigneurs de Clumanc. Quelqu' un aurait-il des informations sur Antoine frère de Nicolas et fils de Bertrand et Isabeau de Sabran ? A-t-il eu une postérité ? Je ne trouve aucun document le concernant.
Merci

Anonyme a dit…

Si vous ne trouvez aucun document le concernant, comment savez vous qu'il existe ?

Gilles Dubois a dit…

Antoine d'Oraison est cité sur la page suivante du site d'Hélène et Thierry Bianco : http://thierryhelene.bianco.free.fr/drupal/?q=node/116

Extrait :

On connaît au moins trois enfants de Bertrand et Isabeau :

Antoine, chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, décédé après 1545 ; Procuration donnée par Bertrand d’Oraison, seigneur de Clumanc, à noble Antoine, son fils, chevalier de Saint Jean de Jérusalem, à l’effet de recouvrer de noble Marquet de Glandevès, rentier des droits de Clumanc, 500 florins pour premier terme de son bail revenant, savoir : 250 à lui-même et 300 à ses enfants, ledit Antoine et noble Nicolas, écuyer (AD Var série E p 309 ).

Claude mariée le 5 novembre 1515 à Chaffret Berthaud de la Tour d’Aigues (Jérome Lieutaud notaire de Pertuis) d’où un fils François qui sera condamné avec son oncle Nicolas à avoir la tête tranchée le 25 juin 1551 A Carré) ;

Nicolas qui suit, marié à Louise de Glandevès le 16 août 1522.

Anonyme a dit…

Merci beaucoup Gilles pour ces informations concernant Antoine d'Oraison. J'avais vu qu'il apparaissait dans de nombreuses généalogies sur le site généanet comme frrère de Nicolas et fils de Bertrand et Isabeau de Sabran, mais je ne sais pas s'il a eu une postérité. J'ai cherché dans différents documents et je n'en ai pas trouvé trace. Si quelqu'un a des informations à ce sujet cela m'intéresserait beaucoup. Il n'est pas aisé de travailler sur la généalogie de cette famille qui possède de nombreuses branches.
D'autre part je recherche également des renseignements sur Anne d'Oraison, mariée, d'après Artefeuil, La Chesnaye-Desbois et Paul Bugnot avec Pierre de Chaillan en 1548. Elle est à chaque fois présentée comme "fille de Nicolas , seigneur de Clumanc" Or, elle n'apparait dans aucun des nombreux actes concernant les enfants de Nicolas et Louise de Glandeves, ce qui laisse planer un doute sur sa filiation
Merci davance pour tout renseignement à ce sujet.

Sixte a dit…

Merci beaucoup, Gilles, pour ces renseignements concernant Antoine d'Oraison. J'avais vu qu'il apparaissait dans plusieurs généalogies sur le site généanet, mais je ne sais pas s'il a eu une postérité. Aucune trace... Si quelqu'un pouvait m'apporter des informations à ce sujet je serais très intéressé. Il n'est pas aisé d'établir une généalogie de cette famille qui possède de nombreuses branches.
Je recherche également des informations sur Anne d'Oraison, mariée en 1548, d'après Artefeuil, La Chesnaye -Desbois et Paul Bugnot, avec Pierre de Chaillan. Elle est toujours présentée comme la " fille de Nicolas, seigneur de Clumanc " Or, elle n'apparait jamais dans les nombreux documents concernant les enfants de Nicolas d'Oraison et Louise de Glandeves, ce qui laisse planer un doute sur sa filiation.
Merci d'avance pour tout renseignement à ce sujet.

Sixte a dit…

J'ai trouvé.dans deux généalogies sur geneanet mention de deux unions de Nicolas d 'Oraison , fils de Bertrand et Isabeau de Sabran. Antoine, son fils ainé y était présenté comme issu d'une première union.
Quelqu'un aurait-il des éléments qui puissent corroborer cela ?
Merci

Anonyme a dit…

Vous pouvez déjà commencer par lire l'excellent article de Mesdames V et C, consacré à Nicolas d'oraison, paru il y quelques années dans un numéro du BSSL des AHP. Inutile de chercher sur geneanet, vous n'y trouverez rien de bon sur le sujet.

Sixte a dit…

Je recherche des informations sur la descendance de Jacques d'Oraison et Catherine de Saint Jurs. En ce qui concerne les seigneurs de Clumanc, les documents que j'ai consultés, traitent essentiellement de la descendance de Bertrand I( 1375- 1435 ) Je n'ai rien trouvé concernant la postérité de Jacques, son frère. Pourtant, on voit apparaître, parfois, dans les écrits, les noms de nombreux seigneurs de Thorame, Saint Jurs, Bras d'Asse, qui pourraient vraisemblablement appartenir à cette branche, peu étudiée par les généalogistes.
Merci pour tout renseignement

Anonyme a dit…

Je crains malheureusement que vous ne deviez chercher longtemps, car le couple Jacques d'Oraison - Catherine de Saint-Jurs n'existe que dans les nobiliaires, la réalité est toute autre.

Sixte a dit…

La réalité est autre ? Qu'entendez-vous par là ? Voilà qui aiguise fortement ma curiosité ! Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez m'apporter des informations.
Merci.

Anonyme a dit…

C'est relativement simple. Les origines véritables de la famille de Bras d'Asse ne sont pas celles que mentionnent généralement les nobiliaires. D'origine fort modeste, deux de ses branches ont tenté de se rattacher à la maison d'Oraison, par un supposé cadet des seigneurs de Clumanc. Au 17e s. Belleguise et ses acolytes (dont il est amusant de constater qu'aucun n'avait une ancienneté de noblesse suffisante) fermèrent les yeux moyennant le pot de vin habituel (on n'a rien inventé !) - et voilà nos paysans revêtus d'un bel habit doré. Pour revenir à votre Jacques il fait partie de ces chimères dont les nobiliaires nous régalent.

Anonyme a dit…

Bonjour, ceci n'est peut être pas le meilleur lieu pour vous écrire mais je ne trouve pas votre page de contact... Je voudrais juste vous signaler une erreur dans votre article sur Georges David, il n'a pas été déporté mais est DCD chez lui à Marseille le 18 décembre 1944.
Merci de rectifier, cordialement
Nicole, son arrière petite fille.

Gilles Dubois a dit…

Bonsoir, je pense qu'il ne s'agit pas d'un article que j'ai écrit mais plutôt de cet article de Geneprovence où j'ai mis un commentaire faisant cet hypothèse. J'ai écris à son auteur pour qu'il fasse la correction et même qu'il supprime mon commentaire. Je suis désolé d'avoir fait cette supposition un peu trop hâtive.

Cordialement,
Gilles

Mon adresse email : gilles_guy_dubois@yahoo.fr

Anonyme a dit…

Bonjour,
Une étude intéressante et très fouillée a été présentée Dimanche 20 septembre au château d'Oraison. Elle traite de la généalogie de la famille d'Oraison et est disponible en librairie. Chacun y trouvera sans doute les réponses à ses questions.
Cordialement
Annie

Sixte a dit…

Bonjour,
Connaissez-vous les auteurs de cette étude ? Jusqu'à quelle époque remonte-t-elle ? Je vous remercie pour toute information.
Cordialement
Sixte

Anonyme a dit…

http://www.mondepartement04.fr/fileadmin/mediatheque/cg04/publication/2015/CG04-Mag140.pdf

Sixte a dit…

Merci pour le lien
Sixte